Blues du docker

Dans la Cité Phocéenne
Tu vois plus un capitaine
De Wilson à la Joliette
Tous les quais sont à la diète
La vie s’est envolée du port
Comme l’âme après la mort

Blues du docker
Laisse dans mon cœur
La douleur
Dans ma vie un goût amer
Blues du docker
Dans mon cœur
La couleur
De mes nuits blues comme la mer

La navale a de la peine
Elles crient « mayday » les sirènes
De brume ou bien d’abondance
Toutes les cornes font silence
Plus un pavillon dans les passes
Plus que le mistral qui passe

Blues du docker
Laisse dans mon cœur…

Il reste un peu de lumière
Mais pas une seule ombre fière
Et des enfants de Gyptis
Qui se déchirent au pastis
Ils ont dans l’œil comme un vitrail
C’est l’orgueil qui se débraille

Blues du docker
Laisse dans mon cœur
La douleur
Dans ma vie un goût amer
Blues du docker
Dans mon cœur
La couleur
De mes nuits blues comme la mer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.